Lien Facebook



En savoir plus sur cette bannière

Vous devez vous connecter (vous enregistrer) pour laisser un commentaire.
Reviewer: DarkDancing Signé [Signaler ceci]
Date: 16/12/2014 19:16 Title: Chapitre 16 : Coupure - Epilogue

Cette deuxième partie est aussi bien écrite que la première que j'ai lue et ... ou j'avoue, la fin m'a fait versée une petite larme. J'aime vraiment comment tu fait passer les sentiments a travers de ton écriture.
Je lirais, à l'occasion, le reste de tes textes.
Bonne continuation.

Réponse de l'auteur: Merci beaucoup encore une fois d'avoir pris le temps de me lire, et désolé pour la larme. x) j'espère que tu trouveras d'autres choses qui te plairont parmi mon corpus de textes, bonne lecture sur le héron !

Reviewer: misseely Signé [Signaler ceci]
Date: 13/02/2014 17:55 Title: Chapitre 16 : Coupure - Epilogue

Hello, ici une lectrice légèrement ingrate et sadique ^^ Enfin pas si sadique que ça, puisque je n'ai rien à reprocher à ton histoire. Mais je suis absolument d'accord pour dire que j'arrive avec beaucoup de retard pour le commentaire... Pour résumer, j'ai commencé la lecture (de la première partie) hier soir, et je viens de terminer la deuxième. Ai-je besoin de préciser que ça m'a plu ? Cette nouvelle est excellente de tous les points de vue, et il n'y a aucun élément qui m'ait vraiment dérangé à la lecture (quelques détails, mais comme je viens de le dire, rien de grave).
Bravo pour cette réussite, et bonne continuation !

Réponse de l'auteur: merci d'avoir pris le temps de lasiser une petite critique quand même. ^^
Content que tu aies apprécié mon texte, n'hésite pas à jeter un oeil sur mes autres écrits, bonne lecture sur le héron. :)

Reviewer: SarahCollins Signé [Signaler ceci]
Date: 01/08/2013 12:08 Title: Chapitre 1 : La pierre tombale

J'ai bien aimé cette deuxième partie même si c'est assez tragique mais j'ai préféré la première.
En fait, je trouve que ça manquait un peu de suspense. L'histoire entre Jean et Souvarine, la prostitution, la maladie ... c'était un peu prévisible, bien que très agréable à lire.
J'ai trouvé le personnage de Jean un peu passif (comme dans la 1ère partie d'ailleurs) mais c'est sans doute dû à son séjour en prison.
Les descriptions sont toujours aussi bonnes, ce qui fait tout le charme de l'histoire.
Voilà, voilà. Bonne continuation.

Réponse de l'auteur: Merci pour ton commentaire et pour avoir pris le temps de me lire. Je comprends que le coté prévisible de l'histoire puisse être redondant mais je n'ai pas vraiment voulu créer la surprise dans ce texte, juste dérouler l'histoire comme je l'imaginais sans rechercher l'effet à tout prix. Merci encore pour ta critique.;)

Reviewer: Xodom Signé [Signaler ceci]
Date: 06/03/2013 09:41 Title: Chapitre 1 : La pierre tombale

J'ai bien aimé la suite, mais j'ai préféré la première partie. Je pense que le personage de Souvarine est trop superficiel, on comprend trop rapidement de quoi il en retourne. La fin est vraiment rapide à nouveau, ce sentiment de fin un peu baclée.
Bref bonne histoire mais il reste de la place pour de l'amélioration.

Réponse de l'auteur: Désolé si j'ai déçu sur cette deuxième partie. je comprends que la rapidité puisse surprendre et désarçonner, mais je trouve que mno histoire est sur un rythme lent et je n'imaginais pas de ralentir encore les choses par un développement qui alourdirait peut être un peu au niveau de la profondeur.
Merci d'avoir laissé une critique et d'avoir pris le temps de lire jusqu'au bout. :)

Reviewer: JimmyNe Signé [Signaler ceci]
Date: 01/06/2012 14:34 Title: Chapitre 1 : La pierre tombale

La fin était assez prévisible... Et l'épilogue est beaucoup trop bref. Le fait que Jean ne soit pas triste lorsqu'il apprend la mort de ses parents me semble peu naturel. Je n'ai pas vraiment apprécié l'intrigue, tout ces hasards qui s'enchaînent dans le seul intérêt de l'histoire, ce n'est pas réaliste. Et c'est souvent beaucoup trop évident. Au moment ou il rencontre Souvarine, on sait qu'ils finiront ensemble. Quand on remarque que Souvarine sort le soir pour "travailler", on sait que ce n'est certainement pas pour vendre des cartes postales, mais pour se prostituer sinon, comment pourrait-il payer a Jean un café alors qu'une carte postale en vaut le dixième. D'ailleurs, je me trompe probablement, mais l'histoire se déroule dans les années 80 j'imagine puisqu'on parle de l'apparition du VIH, et Souvarine doit être a Paris depuis un bon moment pour connaitre le coin aussi bien, donc parler de la Russie n'a pa lieux d'être puisque c'est l'URSS, dans ce temps-la. Tu aurais peut-être pu donner des repères historiques au lecteur en mentionnant de tels détails, par exemple, qu'il avait eu des problèmes lors de la traversée du rideau de fer, plutôt que de simplements parler de la frontière allemande. Bon peut- être que je me gourre complètement au sujet de l'époque, si c'est le cas, fait abstraction de cette partie de mon commentaire stupide. Bon je critique, je critique mais la qualité de l'écriture, les descriptions surtout, est indéniable. Malgré tout, je trouve que tu as écris de bien meilleurs textes...
Bonne continuation!

Réponse de l'auteur: Pour l"épilogue je voulais pas un truc trop long... sinon ça fait un chapitre à lui tout seul. :/
URSS ou Russie, je parle du ressenti de Souvarine, il se sent peut être plus russe qu'appartenant à la grande union des pays soviétiques. =) Et puis la frontière allemande fait partie du rideau de fer...
Merci d'avoir commenté même si mon texte n'est pas à la hauteur. :)

Reviewer: JimmyNe Signé [Signaler ceci]
Date: 01/06/2012 13:10 Title: Chapitre 10 : Des couleurs

Honnêtement, je n'aime pas autant la suite... Je trouve que l'apparition de Souvarine est un peu trop fortuite et la manière dont tu décris les sentiments de Jean donne l'impression que du jour au lendemain, il oublie Mathieu pour se consacrer a son gentil slave vendeur de carte postale. …videmment, ton texte demeure très bien écrit et j'aime beaucoup tes descriptions, comme d'habitude!

Réponse de l'auteur: Le schéma de narration est beaucoup moins recherché que le premier tome oui... Désolé si ça parait trop évident. ^^
Les descriptions sauvent mon texte, cool. ^^
Merci beaucoup d'avoir pris le temps de t’intéresser à la suite même si elle semble t'avoir moins plu. :)

Reviewer: litsiu Signé [Signaler ceci]
Date: 20/12/2011 19:13 Title: Chapitre 16 : Coupure - Epilogue

Souvarine. Dessine. * meurt d'extase* (j'ai un faible pour le dessin).
J'aime beaucoup Jean et ses fêlures (« mon auteur est Vifdor, j'ai l'habitude de m'en prendre plein la figure » ^^ ). Sa passivité me paraît plutôt réaliste, vu qu'il a passé douze ans en prison, sans prendre la moindre décision influant sur le cours de son existence. Ce que je trouve attachant, c'est la manière dont il encaisse ses malheurs, en silence, avec dignité. Et c'est étrange, mais je n'arrive jamais à me dire que c'est un meurtrier et qu'il ne fait que subir les conséquences de ses actes.
Et j'adore la luminosité tranquille de Souvarine, innocent même dans la dégradation à laquelle il se contraint pour survivre (peut-être qu'amoral serait plus précis?).
Alors ce que tu leur as fait subir, c'était d'une cruauté inimaginable. Et d'une logique imparable. Une petite goutte de bonheur, au mauvais dosage c'est pire qu'un poison. Mais bon, la laideur du monde est belle quand tu la racontes.
Je ne regarderai plus jamais les ponts de Paris de la même manière.
Alors comme tu te poses sans doute la question, c'est dur de choisir, mais en fait je crois que j'aime cette seconde partie encore plus que la première.

Réponse de l'auteur: Wouah tu l'as lu ! ^_^
D'abord je suis plutôt content que cette partie t'ait plu, elle m'a parut moins évidente à écrire que la première même si l'histoire est ici encore plus simpliste. XD
Pour le fait que Jean n'est pas forcément la "carrure" d'un meurtrier, c'est parce que c'est un acte relativement isolé qu'il ne réalise que sous le coup du désespoir, ensuite il redevient aussi timoré, si ce n'est plus.
Merci encore une fois pour cette critique, cela me fait vraiment très plaisir de voir de tels témoignages d’intérêt pour mon boulot. :)

Reviewer: via_ferata Signé [Signaler ceci]
Date: 22/08/2011 21:56 Title: Chapitre 13 : Matin gris

Elle disait que tu écrivais bien, mais que c'était moins prenant, ou quelque chose dans ce goût-là. Perso, je préfère cette intrigue à l'Errance I, je la trouve plus douce, moins abrupte, et des descriptions apportent définitivement beaucoup. Je ne dirais pas que c'est ton meilleur texte -ou mon préféré, du moins- mais il garde mon attention.

Je trouve que Jean garde une certaine naïveté qui m'étonne un peu. Ca va sans doute avec son caractère passif, mais c'est étrange que de travail en salaire il n'ait jamais tissé de connaissances. C'est peut-être sa première situation d'urgence, mais il dépend totalement de Souvarine et s'étonne que Souvarine sache réagir. Face à cela au moins il devrait être neutre, non ?

Réponse de l'auteur: Pour le fait que Jean n'ait pas beaucoup de relations avec les autres, ça tient à la fois au fait qu'il ne cherche pas spécialement à entretenir de relations avec les autres et au fait qu'il fasse des travaux journalier et change souvent d'employeur et de collègues.
merci pour la critique.

Reviewer: via_ferata Signé [Signaler ceci]
Date: 22/08/2011 11:10 Title: Chapitre 12 : Hôtel Saint-Marc

J'ai oublié de continuer à lire après mes vacances, et puis Persis a mentionné l'Errance devant moi, et me voici à nouveau^^

Jean posa son sac et couru jusqu'au mur couvert de feuilles->courut

J'aime bien la description de l'hôtel, où les silences ont plus d'importance que les bruits qui parfois traversent les murs, depuis les chambre ou la rue. Les choses ont un goût d'évidence et de résignation.
Parlant de goût d'évidence, j'ai été étonnée un instant qu'ici commencent "les gestes plus francs" de Souvarine, et puis je me suis dit que c'était somme toute normale. Première nuit de solitude. Angoisse du jour. Tout y est.

Réponse de l'auteur: Mentionné l'Errance? En bien ou en mal? XD
Merci pour ta critique, bonne lecture de la suite.

Reviewer: Molly59 Signé [Signaler ceci]
Date: 21/08/2011 15:16 Title: Chapitre 16 : Coupure - Epilogue

Bouh, c'est si triste, désabusé ! ... Tout de même, l'amour et la reconnaissance de Jean pour Souvarine sont très touchants. Je comprends les sentiments de Jean à l'annonce de la mort de ses parents, cette sorte de surprise hébétée, qui se transforme presque en allégresse. Ça sonne juste, même si c'est cruel. Par contre, l'épilogue, sous cette forme un peu impersonnelle, m'a paru légèrement démonstratif, ou sentencieux (genre cours d'histoire, comme quoi, dans les années 80, le sida était une maladie nouvelle, honteuse, qu'on ne savait pas soigner, etc.) Mais bon, c'est efficace, et il fallait bien aller au bout de cette histoire.
En somme, Jean n'a pas eu de chance dans la vie, et sans doute son parcours ressemble-t-il à celui de nombreuses personnes qui souffrent de solitude et d'incompréhension... Voilà, bravo à toi pour ce beau travail, merci pour le plaisir de lecture et à bientôt peut-être sur un autre de tes textes !

Réponse de l'auteur: Pour l'épilogue, j'ai voulu reprendre le même ton que dans l'errance première partie : plus distancié, et plus généraliste.
Merci d'avoir lu jusqu'au bout,et d'avoir laissé des critiques. :D

Reviewer: QueenOfDarkness Signé [Signaler ceci]
Date: 31/07/2011 17:09 Title: Chapitre 1 : La pierre tombale

Aloooors. Je ne voulais pas commenter avant la toute fin, histoire de réunir tout ce que j'ai à dire en une fois, et du coup ça risque d'être long.

D'abord, j'ai bien aimé, mais j'ai préféré la première partie. Je la trouvais plus originale... Et puis je préférais la narration de la première partie, aussi. Elle sonnait moins passive, plus impulsive. Jean était plus... vivant. Ceci dit, j'aime quand même beaucoup la seconde. C'est une ambiance différente.

Le personnage de Souvarine me plaît, j'aime beaucoup la façon dont tu le décris, on s'y attache et personnellement, je m'y identifie à plusieurs égards. En revanche, Jean m'agace légèrement. J'ai un peu de mal avec son espèce de... Je ne sais pas.. son apathie. On dirait qu'il fait tout, qu'il vit tout comme un automate. Même son amour pour Souvarine dégage une espèce de rigidité. Ça ne veut pas dire que tu l'as mal décrit, pas du tout!

Sinon, ton histoire illustre très bien l'errance. Elle s'écoule, on dirait presque qu'il n'y a pas vraiment de but ou d'objectif précis... J'aime bien ce style.

Certaines phrases sont des coups de coeur, surtout les dialogues: légers, naturels... J'ai mes passages préférés, et d'autres que j'aime un peu moins, forcément^^

Et pour la fin, elle me fait curieusement penser au film Philadelphia. Elle me laisse une impression un peu bizarre. Je ne m'y attendais pas, mais en lisant ça a fait "bah oui, bien sûr, forcément..." xD

L'histoire est cruelle, mais la vie l'est tout autant.

Au plaisir de lire un autre de tes récits,

Queen.

Réponse de l'auteur: pour ce qui est de l'ambiance différente, c'est assez voulu parce qu'il y a changement de décor et d'état d'esprit. On n'appréhende pas la vie pareillement en étant plus âgé et plus abîmé comme l'est Jean à ce moment de l'histoire, s'ajoute à cela l'anonymat et la cruauté de la ville où l'on est tranquille dans un certain sens mais qui ne permet pas d'avoir d'attache.
Pour le caractère de Jean, c'est toujours le coté passif et réservé de sa personnalité qui lui donne cette rigueur, qui pour moi est descendante de son comportement dans la première partie : le gars qui n'a le courage de réagir que quand c'est trop tard.
Merci d'avoir laissé une critique, merci pour les compliments. :)

Reviewer: Clo32 Signé [Signaler ceci]
Date: 31/07/2011 13:31 Title: Chapitre 16 : Coupure - Epilogue

1) Excuse-moi pour mon retard impardonnable.
2) Je ne m'attendais pas à ce que les parents de Jean soient morts, jusqu'à ce chapitre. C'est triste qu'ils n'ai pas pu revoir leur fils. Ou du moins savoir où il était,..etc.
3) Souvarine meurt du sida. Je m'en doutais. Mais j'ai quand même mal pour Jean. Il a vraiment une possibilité de vivre son rêve mais il s'achève avoir commencé.
4) La morale me fait bizarre. Je ne saurais l'expliquer. Mais je comprends mieux le titre

Merci pour cette histoire

Réponse de l'auteur: 1/ Y-a pas de morale à mon histoire. ^^
2/ Merci pour ta critique.
3/ Ah ben non en fait, pas de 3. =>

Reviewer: Molly59 Signé [Signaler ceci]
Date: 23/07/2011 18:42 Title: Chapitre 15 : Personne ne répond

Oh... déjà l'avant dernier chapitre ?

L'évocation de la maladie jette une ombre sur ce chapitre qui, jusque là, semblait si paisible et ensoleillé. Malgré toutes les difficultés, Jean et son ami réussissent à trouver un équilibre et un bien-être qui ressemble au bonheur. Mais pourquoi les parents ne répondent-ils pas ? Leur serait-il arrivé quelque chose ? Et puis, la menace du sida qui plane... Tu es cruel, sais-tu ?

Réponse de l'auteur: Je suis à l'image du monde dans lequel je vis. XD
Merci de ta critique, j'espère que tes interrogations trouveront leurs réponses dans le dernier chapitre.^^

Reviewer: Molly59 Signé [Signaler ceci]
Date: 21/07/2011 18:20 Title: Chapitre 14 : Les trois portes

En effet, très très court, ce chapitre... Au moins, ils ont trouvé un toit. Bon, ben, j'attends la suite.

Réponse de l'auteur: Elle arrive bientôt. ^^ Merci de suivre l'histoire. :)

Reviewer: Molly59 Signé [Signaler ceci]
Date: 19/07/2011 09:52 Title: Chapitre 13 : Matin gris

Le désarroi de Jean est très touchant, très bien retranscrit. On doute, on s'iquiète avec lui, c'est excellent. Et j'adore Souvarine, il est formidable. Bravo ! Je lirai la suite bientôt. A la prochaine !

Réponse de l'auteur: Merci pour la critique. :)

Vous devez vous connecter (vous enregistrer) pour laisser un commentaire.