Jours d'écriture inspirés de la Nuit du 26 septembre 2020 by Alrescha
Summary: Parce qu'il vaut mieux tard que jamais...
Parce que les Nuits c'est quand même bien cool.
Parce que les histoires n'avancent pas toutes seules...
Categories: Romance, Fantasy Characters: Aucun
Avertissement: Aucun
Langue: Français
Genre Narratif: Nouvelle
Challenges:
Series: Aucun
Chapters: 7 Completed: Oui Word count: 2384 Read: 360 Published: 31/07/2021 Updated: 07/08/2021
Story Notes:
Un peu de tout dans un grand verre. Ca vous permettra de savourer et de découvrir mes différents univers.

1. Thème de 20h : Miroir by Alrescha

2. Thème de 21h : Ravageur by Alrescha

3. Thème de 22h : Mépris by Alrescha

4. Thème de 23h : Apologie by Alrescha

5. Thème de Minuit : Ronds d’eau de pluie by Alrescha

6. Thème de 1h : Théière aux citrons by Alrescha

7. Thème de 02h : Feu de camp by Alrescha

Thème de 20h : Miroir by Alrescha
Author's Notes:
Un extrait de L'Amour d'une Sirène, ma novella.
Delphin remonta dans sa chambre. C’était la première fois en trois ans. Cela ne lui faisait rien contrairement à ce qu’il s’était attendu.
Il fallait dire que ses parents avaient réaménagé sa chambre. Rien de capital. Ils avaient remplacé son lit individuel par un deux-places et son bureau par un plus grand et plus pratique. Ils avaient commencé à y mettre ses affaires. Le reste en attente de tri était entassé dans un sac. Il se dirigea vers son armoire et eut la surprise de constater qu’elle était presque vide. Sa mère s’était débarrassée de ses vêtements trop petits. Il aurait bien aimé garder quelques trucs mais tant pis.
Il remplit son armoire avec le contenu de ses valises et se dirigea vers la salle de bain pour se passer de l’eau sur le visage –il était en nage.
Il tomba nez à nez avec son reflet. La dernière fois qu’il s’était regardé dans ce miroir, il y avait vu un adolescent malade, traumatisé et réchappé de justesse à la mort, le crâne tondu, les yeux cernés par le manque de sommeil et ses cauchemars. Il s’était demandé comment il avait vivre après son accident.
Maintenant il avait la réponse : il survivait. Il avait fait de son mieux pour avoir son bac malgré ce qui lui était arrivé et les conséquences que son accident avait eues sur sa mémoire mais il n’avait pas la sensation de vivre pleinement, comme avant. Une partie de lui était restée au fond de l’eau. Il la sentait qui l’appelait parfois.
Le traumatisme se voyait encore sur son visage, particulièrement dans ses yeux. Ils avaient l’air moins vif comme si toute l’insouciance de sa jeunesse avait disparu à jamais. Le manque de sommeil se voyait toujours mais pour les cauchemars, Delphin avait trouvé une solution, pas idéale certes mais elle lui permettait de dormir.
Il n’avait rien dit à ses parents et il appréhendait le moment où ils l’apprendraient. Il n’avait rien pris depuis la veille mais il ressentait déjà le manque.
Thème de 21h : Ravageur by Alrescha
Author's Notes:
Toujours sur la novella. Les personnages secondaires, et peut-être votre couple préféré.^^
Maëlle regardait les autres danser. Au risque d’être trop sérieuse, elle restait volontairement immobile. Elle attendait quelqu’un ou plutôt quelque chose de la part de quelqu’un.
Elle vit celui qu’elle attendait près de la chaîne hifi et croisa les bras sous sa poitrine. Leurs regards se croisèrent. Il lui sourit. Il avait un sourire ravageur Thomas Picard, il était difficile d’y résister. Elle le vit réajuster son éternel bob délavé mais autrefois couleur jean et descendre ses lunettes de soleil sur son nez.
Ils se regardèrent encore quelques secondes puis il s’approcha d’elle.
-Si tu ne viens pas au fun, le fun viendra à toi, lança-t-il en guise d’approche.
Elle le regarda d’un air de pitié. Comment pouvait-il s’obstiner autant à lui demander de sortir avec lui et la considérer comme une fille parmi d’autres ?
-Je déconne, se rattrapa-t-il. Je suis content que tu sois là.
-Pendant un instant, j’ai cru que je t’intéressais plus, sourit-elle.
Thomas sentit son cœur fondre comme neige au soleil. Il adorait le sourire de Maëlle. Il lui trouvait des airs ravageurs, elle pouvait être terrible quand elle était en colère contre quelqu’un –lui en général.
-C’est du soulagement dans ta voix ? lui demanda-t-il.
-Eh bien… Oui. En dépit de ton look ridicule et de ta façon d’agir parfois, je reconnais que tu me plais.
-C’est un début. Maëlle Malbec, m’accordes-tu cette danse ?
Elle lui répondit d’un sourire et se laissa entraîner.
Thème de 22h : Mépris by Alrescha
Author's Notes:
Bienvenue dans un autre univers. Gaeterra, mon original steampunk. ^^

Darwish prit quelques secondes pour dévisager ses compagnons de route. Il y avait Flycka la fille du prothésiste. Elle aidait souvent son père à l’atelier. Il l’y avait vue plusieurs fois lorsqu’il allait faire ajuster sa prothèse.

Il ne connaissait pas le nom du troisième mais il savait qu’il ne l’apprécierait pas. Grand, les cheveux longs châtains coiffés en tresses, il portait une veste en soie rose clair, une chemise blanche immaculée et une boucle d’argent à sa ceinture de pantalon rutilante. Un riche. Sûrement le fils d’un magnat du métal précieux qu’on trouvait à Tec-Ma. Ses yeux clairs regardèrent brièvement les maisons s’effondrer dans des volutes de fumée et un vacarme assourdissant. Un sourire moqueur étira ses lèvres. Darwish eut la furieuse envie de le lui faire ravaler. Leur monde s’effondrait et ça l’amusait ?

- Ne soyez pas aussi surpris, dit-il. Ce n’est pas comme si ça ne devait jamais arriver. Depuis le temps que les techniciens et les magiciens sont en guerre, c’est même étonnant que ça n’arrive que maintenant. Vous ne trouvez pas ?

Darwish voulut répliquer quelque chose mais l’autre avait raison sur un point : ils n’étaient pas les premiers de Tec-Ma à partir pendant un bombardement. Théophaste lui avait même enseigné l’itinéraire pour rejoindre l’Ile des Naufragés, une île où disait-on, tous les réfugiés de Tec-Ma étaient venus habiter.

Il se contenta de détourner le regard et s’efforça de penser au chemin qui les attendait. La nuit tomberait dans quelques heures, il fallait absolument qu’ils aient trouvé un abri d’ici-là.

Flycka tomba à genoux sur le sol, le visage noyé de larmes.

- Pfff ! Les filles… soupira l’autre.

Darwish s’approcha d’elle. Il comprenait ce qu’elle ressentait. Il n’avait pas perdu de parent dans cet affrontement-là, mais il y avait plusieurs années. Il avait eu du mal à s’en remettre, même avec l’aide de Théophaste.

- Il faut qu’on avance, dit-il doucement.
- Oui. Avançons, reprit l’autre. Il n’y a plus rien pour nous ici. En fait, il n’y a jamais rien eu.
- On a perdu des parents, nous, dit Darwish.
- Moi aussi, fit l’autre. Mais vous savez quoi ? Je m’en fiche. Je voulais partir depuis longtemps. Tec-Ma n’est qu’une bombe à retardement. Comme moi. Je serais parti quand même. Même si tout n’avait pas explosé.

Darwish eut envie de lui demander pourquoi il avait spécialement attendu ce jour-là mais s’abstint.

- Comment vous vous appelez, au fait ? Moi c’est Cumber.
- Darwish.
- Flycka.

Thème de 23h : Apologie by Alrescha
Author's Notes:
Un premier morceau de mon histoire sur les vampires.
Le manoir des Light ne ressemblait à aucun autre. Il était résolument moderne derrière ses hautes haies d’if. Une vraie forteresse pour quiconque passait dans le quartier mais en y regardant de plus près déjà sur le portail de l’entrée on pouvait y reconnaitre des détails art nouveau. Ensuite, lorsque l’on avait la chance d’y entrer, l’on se rendait compte que tout le manoir était en fait l’apologie du style.

Eric Light en avait conçu les plans. Il avait voulu mélanger les genres, le moderne et l’ancien. Le brut et le raffiné. Fait de pierres claires, le bâtiment contrastait avec les ifs sombres qui l’entouraient. A l’intérieur, boiseries, tapisseries et vitraux avaient la part belle.

A la mort de ses parents, Keith avait quitté sa chambre d’enfant pour la suite matrimoniale. C’était de loin la plus belle chambre du manoir. Elle avait vue sur le jardin à la française et le portail. Elle était la plus lumineuse aussi mais chaque fenêtre était munie d’épais rideaux de velours pourpre.

Keith restait souvent à la fenêtre, le regard perdu au-delà des ifs, dans l’immensité grise de Liverpool. Il n’était jamais sorti au-dehors. Même le personnel de maison se faisait livrer au portail du manoir. Aucun étranger n’entrait jamais. Une mesure nécessaire pour que personne ne soit au courant de l’existence d’un vampire à Liverpool.
Thème de Minuit : Ronds d’eau de pluie by Alrescha
Author's Notes:

Mon histoire sur les vampires. Enfin... un bout.

Quand Keith ressortit de la caverne, il pleuvait. Les gouttes de pluie formaient des ronds d’eau dans les flaques qui envahissaient déjà les alentours, les prés, les bois et les chemins. Le jour se levait.

Il chercha Drake. Où avait-il bien pu aller sachant que l’entrée lui avait été interdite ? Etait-il rentré à Liverpool ? Ou les autres vampires l’avaient-ils fait disparaitre ? Il avait pourtant été clair. Mais il était nouveau dans la communauté des vampires. Il n’avait pas vraiment d’autorité, même si Rozenn lui avait assuré qu’aucun mal ne serait fait à son compagnon.

Les rayons du soleil avançaient. Keith retourna à l’entrée de la grotte. Le temps pressait. Où était Drake ?

-Tu cherches quelque chose ? lança une voix rauque à côté de lui.

Il sursauta. Ivan, l’un des vampires de la Cour, était juste à côté de lui.

-Je cherche la personne avec laquelle je suis venu, répondit Keith.
-… le sorcier… Pas vu depuis qu’on lui a dit de partir. Il va falloir que tu te fasses à l’idée que les sorciers et les vampires ne sont pas faits pour vivre ensemble.
-Ça se passait très bien avant que je découvre tout ça…
-Hm. Va pas risquer ta vie pour lui. Lui ne risquera pas sa vie pour toi.
-Vous n’en savez rien. Vous ne le connaissez pas, et vous ne me connaissez pas non plus.

Ivan eut un sourire sardonique.

-Comme tu voudras.

Et il le laissa à l’entrée de la grotte, avec pour seule compagnie la pluie qui tombait.

Thème de 1h : Théière aux citrons by Alrescha
Author's Notes:
Extrait de Gaeterra (avec un sacré saut dans le temps par rapport à l'autre extrait)
Darwish ne savait pas ce qui le mettait le plus mal à l’aise : l’intérieur richement décoré de la maison de Leonara ou le fait d’être ami avec quelqu’un qui était son opposé.

Leonara avait trouvé refuge dans une ville du sud. Une ville que les gens du nord rêveraient d’atteindre s’ils en avaient les moyens. Car tout était une question de moyen dans cette ville, de moyen et d’apparence. Celui qui avait une tâche sur lui était considéré comme un déchet. Il avait vu des enfants mourir de faim dans les rues, marqués comme des animaux au fer rouge du mot « Pirate ».

Il ne comprenait pas comment son amie, qui avait vécu avec lui à Tec-Ma dans une zone de guerre, pouvait aimer et s’intégrer dans ce paysage artificiel et superficiel.

Il n’arrivait pas à détacher son regard de la table basse. La servante de Leonara y avait déposé un service à thé absolument hideux, en porcelaine très colorée et des citrons verts et jaunes. Ils dégageaient une bonne odeur mais Darwish sentait l’acidité de cette rencontre dans son estomac. Pourquoi diable avait-il accepté de la suivre chez elle ?

-Tu es un héros, conclut-elle après un long monologue qu’il n’avait écouté que d’une oreille.
-Tu pouvais venir à Tec-Ma, rester y vivre, puisque j’ai mis fin aux affrontements. Pourquoi vis-tu ici ?
-Je sais que cette ville n’est pas le paradis qu’elle prétend être. C’est tombé comme ça. Mon père pensait bien faire.
-Tu ne veux pas habiter ailleurs ?
-Est-ce que tu me proposes de te suivre ?

Elle attendait quelque chose de lui et il pensait savoir quoi. Il y avait longtemps, très longtemps ils avaient été proches. Elle avait souvent hanté ses rêves avant même qu’il pense à elle de cette façon. Les années n’avaient pas affadi son charme, bien au contraire. Leonara était toujours rayonnante, ses yeux bleus hypnotisaient Darwish, mais pas seulement.
Mais le physique ne faisait pas tout. Ils n’avaient plus rien en commun à présent.

Il partit à regret.
Thème de 02h : Feu de camp by Alrescha
Author's Notes:
Un extrait exclusif de L'Amour d'une Sirène. Je ne sais pas encore s'il sera dans la version finale. Je médite là-dessus.
Voir autant de monde d’un coup avait stressé Delphin. Il ne s’était pas attendu à un tel accueil après une absence de trois ans. Il avait donc emprunté le briquet de Thomas et s’était allumé un joint. L’effet de l’herbe l’avait presque aussitôt détendu et il avait trouvé sa réaction un peu ridicule. Que craignait-il ? Les questions ? Qu’ils les posent leurs questions, Delphin les enverrait paître. Il n’avait pas envie de parler de sa santé mentale.

Il voulait juste s’amuser, penser à autre chose ou d’ailleurs ne pas penser du tout. Il avait découvert un certain confort à ne penser à rien. Il vivait bien plus sereinement.

Plusieurs personnes vinrent le saluer, il n’était même pas sûr de les connaître bien qu’ils jurèrent être d’anciens camarades de lycée. Delphin ne chercha pas plus loin et n’amena pas la conversation sur ce qu’il avait loupé. L’herbe l’emmenait sur des sujets moins sensibles. On lui posa des questions sur son séjour en Angleterre, il y eut quelques vannes.

La bouche soudain sèche à force de parler, il s’approcha de la table où Thomas servait son punch maison dans des gobelets en plastique. Il en prit un et alla s’asseoir près du feu. Il but d’un air distrait regardant vaguement les autres dans les flammes qui dansaient sous ses yeux.

Quelqu’un se plaça devant lui, lui cachant le feu. Une fille en mini-short et débardeur qui le regardait en riant.

-On danse ? fit-elle en guise d’invitation.

Très influençable, Delphin se releva et accompagna la jeune femme. Ils dansèrent un long moment. Elle n’arrêtait pas de lui sourire. Elle avait un joli sourire. Une douce chaleur se répandit dans son corps. Elle se frottait contre ses hanches. D'habitude, Delphin l'aurait gentiment repoussée mais là il se sentait étrangement bien et libre. Il posa ses mains sur ses hanches, accompagna ses mouvements de plus en plus lascifs. Il avait l'impression de brûler...
Cette histoire est archivée sur http://www.le-heron.com/fr/viewstory.php?sid=2203