Réformon l'ortografe! by Aerisarwen
Summary: Petit pamphlet écrit dans le cadre d'un cours d'atelier d'écriture à la fac, que j'ai pris beaucoup de plaisir à rédiger.

Les fautes sont intentionnelles et critiques...
Categories: Textes non romanesques Characters: Aucun
Avertissement: Aucun
Langue: Français
Genre Narratif: Aucun
Challenges:
Series: Aucun
Chapters: 1 Completed: Oui Word count: 616 Read: 1960 Published: 28/06/2012 Updated: 30/06/2012
Story Notes:
Voilà, tout le venin est sorti, je peux retourner à mes nénuphars...

1. Réformon l'ortografe! by Aerisarwen

Réformon l'ortografe! by Aerisarwen
Author's Notes:
Encore une fois, ne tapez pas s'il y a des fautes, elles servent l'écriture!
A présent, il faut écrire « nénufar ». Hellénistes ou simples professeurs de français, la langue de Molière et de Victor Hugo, tentez de ne pas faire immédiatement une attaque. Il faut, c'est évident, simplifier l'orthographe. Ou « ortografe », tant que nous y sommes. Les élèves d'aujourd'hui sont certainement plus bêtes qu'avant, puisqu'ils ne sont plus capables de comprendre que le son [f] peut s'écrire de deux façons. Simplifions tout ! Supprimons les géminées, enlevons des accents à tour de bras ! Il est vrai qu'ils ne servent à rien d'autre qu'à différencier les mots entre eux ! Mange et mangé, poisson et poison... Écrivons tout en phonétique ou encore en langage SMS, il ne faut surtout pas perturber les jeunes esprits, surtout, laissons-les s'exprimer ! « C miE 1si ! » (pour ceux qui ne seraient pas encore bilingues, « c'est mieux ainsi ! »).
On sait que la langue française est difficile et parfois avec des exceptions illogiques, mais en réformant son orthographe, c'est en quelque sorte toute une tradition que l'on supprime. Des générations d'enfants se sont vus reprendre par leurs parents, quand, à table, ils voulaient manger des « zharicots ». A présent, ce sont les parents, qui, alors que pleins de volonté, ils corrigent leurs enfants, font des fautes ! Mais cela va beaucoup plus loin qu'une simple réaction traditionaliste. Simplifier l'orthographe peut être considéré comme une marque d'évolution de la langue, puisque l'on sait que toute communauté parlante va vers une simplification de son langage, mais c'est également lui arracher toutes ses racines. L'étymologie comme la linguistique historique n'auraient alors plus aucun intérêt... Qui voudrait savoir, à présent, d'où vient un mot, puisque de toute façon son histoire ne nous aidera pas à l'orthographier correctement ?
On a peut-être ici l'impression de retomber dans le schéma bien connu du « c'était mieux avant », mais le problème de la langue française est ailleurs. Ainsi, plutôt que de laisser dire – et écrire – des âneries pareilles, il vaudrait certainement mieux ressortir les Bled et les Bescherelle, - livres ô combien vantés par des générations de maîtres (pardon, de professeurs des écoles, comme dit l’Éducation Nationale) pour leurs élèves (ou plutôt apprenants). Franchement, n'est-il pas plus important que les élèves sachent lire et écrire correctement en entrant en sixième, et d'éviter de lire « il à manger », plutôt que de chipoter sur des mots aussi peu utilisés que « nénuphar », qu'ils écrivent deux fois par an, et encore ! Peut-être que les élèves « créent du sens » en écrivant ainsi, mais ça ne serait pas plus mal si le sens qu'ils veulent créer pouvait donner éclairer leurs copies, parfois si mal écrites qu'elles deviennent totalement incompréhensibles, hiéroglyphiques, sibyllines... Nous avons la chance de posséder de si jolis termes, il serait dommage de ne plus les utiliser, ou alors orthographiés n'importe comment...
D'autres règles sont également en projet. En effet, un homme et une femme pourraient être « blondes » sans gêner personne. Certes, nous sommes dans une société patriarcale et machiste. Cependant, Mesdames les féministes, ou Messieurs qui voudraient faire preuve d'un peu de galanterie envers ces dames, vous pourriez trouver d'autres façons de faire régner la parité. Essayez un peu de faire élire autant de femmes que d'hommes ou d'harmoniser les salaires, ce que vous voulez, mais trouvez quelque chose qui soit concret, et pas la simple apparence d'une égalité due à un accord grammatical !
Cette histoire est archivée sur http://www.le-heron.com/fr/viewstory.php?sid=450