Lien Facebook



En savoir plus sur cette bannière

- Taille du texte +

Notes d'auteur :


Nom de l'épreuve : Scènes préhistoriques.

Résumé de l'épreuve : Vous allez devoir écrire une scène de pièce de théâtre qui impliquera un personnage historique la veille d'un des grands événements de sa vie. Par exemple, Napoléon la veille de Waterloo, Henry V avant Azincourt, Marie-Antoinette avant la Guillotine, Louis XIV avant son mariage, etc. Votre personnage devra dialoguer avec quelqu'un d'autre, réel ou non (vous pouvez inventer l'autre personnage). Cela peut même être avec un arbre, un lapin, du moment que l'arbre (ou le lapin) répond.

Contraintes : Le dialogue est obligatoire. Comme dans toute pièce de théâtre, pensez aux didascalies. Présentez la scène, l'état des personnages, etc. Minimum 500 mots.

François de Bourbon Vendôme duc de Beaufort, cousin germain du roi Louis XIV en ligne adultérine.
Vaugrimaut son serviteur
La Ramée, exempt des gardes du corps affecté à la surveillance du duc
Duchesse de Montbazon, maîtresse de François

SCENE UNIQUE

 

30 mai 1648
Cellule agréablement meublée du donjon de Vincennes, François assis sur son lit. La porte s’ouvre, entre Vaugrimaut avec un plateau. La porte se referme avec un bruit de serrure. Vaugrimaut pose le plateau, il sort une lettre qu’il tend au duc. A travers la porte on aperçoit une ombre


VAUGRIMAUT : Monseigneur, voici votre repas ! (à mi-voix) ainsi qu’une lettre de madame de Montbazon.


FRANÇOIS (se levant pour s’installer à table): Merci mon bon.


VAUGRIMAUD : J’espère que cette tourte sera au goût de Monseigneur. Je voudrais également savoir quel plat vous ferez plaisir demain pour célébrer la Pentecôte* ?


FRANÇOIS : Je n’ai pas de préférence (à mi-voix repliant la lettre) : Tout est donc prêt pour demain ?


VAUGRIMAUT (à mi-voix) : Oui monseigneur, vos amis ont tout organisé. Les gardes qui seront de faction vous sont acquis. Rien n’a été laissé au hasard. Les risques sont faibles, beaucoup seront accaparés par festivités religieuses.* (fort) Le cuisinier vous propose un faisan.


FRANÇOIS : Ça sera parfait.

A travers les barreaux de la cellule on remarque une ombre qui s’éloigne.

FRANÇOIS (suspicieux) : J’ai ouï dire qu’un astrologue avait prédit mon évasion pour demain.


VAUGRIMAUD (riant) : Il est vrai, mais sa majesté la reine et le Mazarin ont trouvé la plaisanterie très amusante et n’y accorde aucun crédit puisque nul ne s’est encore évadé de Vincennes.


FRANÇOIS : Et ce bon La Ramée, ne risque-t-il pas d’être accusé de complicité ? Je ne veux verser aucun sang, surtout pas le sien.


VAUGRIMAUT (souriant) Je ne subis la fouille que lorsque je me rends dans votre cellule, ce qui ne sera pas le cas demain. J’aurai alors sur moi des cordes et un bâillon. Il ne faut rien changer à nos habitudes, j’irai déjeuner avec les gardes, et lorsque vous irez à votre jeu de paume à l’heure habituelle je vous rejoindrais prétextant un malaise. Nous neutraliserons La Ramée et nous sortirons par une fenêtre à l’aide d’une corde. Mais j’aurais une requête à faire à Monseigneur.


FRANÇOIS : Laquelle ?


VAUGRIMAUT : Me laisser descendre le premier. Si par malheur nous nous faisons prendre, vous serez remis en cellule, moi, en revanche…


FRANÇOIS : C’est la corde qui t’attends… Je te dois bien ça (montre sa cellule) surtout qu’il faut reconnaitre que la détention est assez douce quand on a un nom aussi illustre que le mien. Ce n’est pas l’emprisonnement qui me pèse, mais l’inaction.


VAUGRIMAUT : Merci Monseigneur.


FRANÇOIS : Et une fois que nous serons dans le fossé ?


VAUGRIMAUT : Des hommes nous attendrons en bas de la tour, nous pourrons ainsi partir diligemment.


FRANÇOIS : Sont-ils sûrs ?


VAUGRIMAUT : Ils ont été engagés par la duchesse, elle-même.


FRANÇOIS (rêveur) : Parfait, parfait… demain à cette heure-ci je serai sans doute dans les bras de cette chère Montbazon. Il est beau qu’elle ne m’ait pas oublié depuis tout ce temps.

Dans le couloir, une ombre passe devant la porte

VAUGRIMAUT (bas) Surtout n’oubliez pas, agissez comme à votre habitude, ne laissez rien paraître (fort, débarrassant le plateau) Je vous commande donc du faisan pour demain ?


FRANÇOIS : Volontiers, et je voudrais bien aussi quelques fruits.


VAUGRIMAUT : Cela sera fait comme le désire Monseigneur.

Vaugrimaut sort, le duc s’approche de la fenêtre, relit la lettre.

FRANÇOIS : Je peux me targuer d’avoir des amis fidèles. Je saurai les récompenser à leur juste valeur.

François se dirige vers son lit et souffle sa bougie.

Note de fin de chapitre:

* L’évasion a eu lieu lors de la fête de Pentecôte.

Les princes de sang, n’étaient pas malheureux en prison, ils avaient un train de vie conforme à leur rang, d’où de bons plats, une cellule richement meublée et la présence d’un serviteur.

Suite à son évasion François devient l'un des personnages emblématique de la Fronde "Le Roi des Halles" héros de la trilogie Secret d'Etat de Juliette Benzoni.

 Et voilà Plumes en Folie touche à sa fin et moi j'ai rempli mon défi personnel, écrire un texte pour tous les défis, ça n'a pas toujours été facile, mais je suis fière d'avoir rempli mon contrat. Merci à tous ceux qui ont lu, qui ont laissé des commentaires, merci aux organisateurs.

Vous devez vous connecter (vous enregistrer) pour laisser un commentaire.