Lien Facebook



En savoir plus sur cette bannière

- Taille du texte +

Notes :
Ce recueil regroupe les textes écrits durant les Nuits d'HPF. Si vous ne connaissez pas encore, filez vous inscrire à la prochaine sur le forum ! Les Nuits, c'est deux thèmes par heure (un thème écrit et/ou une image, un défi stylistique et/ou un défi scénaristique) et 60 minutes top chrono à chaque fois pour écrire !

Un grand merci à toute l'équipe des Nuits qui nous propose chaque mois ces soirées de folie pour repousser les limites de notre imagination ♥
Notes d'auteur :
Nuit du 23 novembre 2019

Thème de 20h : paradoxe / image ici / Billie Eilish - when the party's over ici (et paroles traduites en italique dans le texte)
Le cinéma. Son ambiance tamisée. Le doux murmure avant la séance. Les notes mélancoliques. Ces amoureux qui se bécotent. Ces mains qui plongent dans les gigantesques pots de pop-corns. Le sel sur mes lèvres. Les lumières qui se coupent. La fièvre des bandes-annonces. J'adore le cinéma. Aux premières loges, tout au fond. Rien ne m'empêche d'aller voir les films convoités. Chaque semaine. Comme un rituel.

Comédie. Thriller. Aventure. Romance. Drame. Fantastique. Je me noie dans ce kaléidoscope d'images d'autres mondes, d'autres destins. Les vies défilent. Les liens se nouent et se dénouent dans une ronde infinie.

Espoir. Peur. Tristesse. Joie. Surprise. Dégoût. Les émotions me caressent telles des plumes légères. Passagères. Étrangères.

Trahison. Victoire. Mort. Naissance. Guerre. Secret. Des souvenirs qui ne m'appartiennent pas. Qui m'envahissent toute entière. Me hantent. Me susurrent leur complainte.

Le rideau va se lever. Dans le moelleux des fauteuils, je goûte à cette obscure tranquillité. Et pourtant. La solitude n'est jamais aussi intense que lorsque je suis entourée de cette foule d'étrangers. C'est mon paradoxe.

Je pourrais mentir, dire que j'aime ça, que j'aime ça, que j'aime ça. Que cette liberté m'enivre. Adieu les compromis. L'envie première servie. Ce désert n'entrave en rien mes projets. Avec intensité, je savoure les plaisirs. A pleines dents, je croque la chair de l'indépendance.

Je pourrais mentir, dire que j'aime ça, que j'aime ça, que j'aime ça. Que ta peau contre la mienne ne me manque pas. Que jamais je ne pense à toi. Que sans toi, la vie est plus belle. Que cette histoire ne mérite ni larmes, ni regrets.

Je pourrais mentir, dire que j'aime ça, que j'aime ça, que j'aime ça.
Laissons juste ça s'en aller. Fais que je te laisse partir.
Note de fin de chapitre:
Merci pour votre lecture :)
Vous devez vous connecter (vous enregistrer) pour laisser un commentaire.