Lien Facebook



En savoir plus sur cette bannière

- Taille du texte +

Notes d'auteur :
Thèmes de vingt-et-une heures de la nuit du 25 juillet 2020, le combo entre le mot “faiblesse” et l’image de la mante religieuse (Ticket d'or de Serlu (image lui appartenant))
Jésus San Cristobal lissait la terre fraîche sur le trou qu’il venait de reboucher. Il considéra le rectangle de terre meuble cerné d’un côté par les carrés de choux-fleurs et de brocolis, les rangées de poireaux et d’oignons hâtifs et de l’autre par les haies de framboisiers.
Il considéra longuement son travail, acquiesça en silence, pour lui-même, avant de reposer la pelle contre l’un des tuteurs des arbustes déjà couverts de fruits roses. C’était un bon endroit. Il pourrait dès demain y planter les semis de laitue et de batavia. C’était un bon emplacement. Il sortit un immense carré de flanelle de sa poche, un antique mouchoir à carreau qu’il tenait de son grand-père et auquel il tenait particulièrement, vu le peu de qualité des mouchoirs actuels, et essuya son large front.
Quelque chose en lui, lui reprochait son manque de curiosité, sa nature trop conciliante, le traitait même de lâche. Qu’avait-il fait pour mériter de tel reproche de la part de sa conscience ? Il n’avait fait que son travail et avait obéi à sa patronne. Il avait eu de la chance à son âge, sans formation de trouver cet emploi d’homme à tout faire dans cette pension de famille. Il avait le travail, le logement et les repas compris.
Et puis, elle était charmante mademoiselle Angéline, bien qu’un peu trop prompte à aimer et à casser avec ses conquêtes. Mais ce n’était pas ses affaires, il ne l’intéressait pas Mademoiselle Angéline et il ne s’intéressait pas à elle. Et c’était heureux car il n’était pas homme à mélanger les affaires et le cœur.
Tout ce qu’il avait à faire, après chaque rupture, c’était creuser des trous d’un mètre sur deux, sur un mètre cinquante de profondeurs, le soir et de venir le lendemain pour finir de les reboucher, la pauvre demoiselle se fatiguant vite lors des travaux de jardinage. Qu’est-ce qu’il pouvait bien avoir sous les quelques centimètres de terre qu’il avait recouverts de bons mètres cubes de terre ? Il s’en moquait.
C’était une vieille demoiselle, elle avait ses petits rituels de vieille demoiselle, comme brûler les affaires de ceux qu’elle quittait et enterrer il ne savait quoi dans le potager, l’un des plus beaux du quartier et même de la ville. Et puis, après les ruptures, il y avait toujours un peu plus d’argent dans la caisse de la pension, des repas plus copieux, le fameux pâté en croûte maison de Mademoiselle Angéline et surtout des petites primes de la main à la main.
Non, vraiment, il ne méritait pas tant de reproches de la part de sa conscience.
Vous devez vous connecter (vous enregistrer) pour laisser un commentaire.