Lien Facebook



En savoir plus sur cette bannière

- Taille du texte +

Notes d'auteur :
Thèmes de vingt trois heures de la nuit du 25 juillet 2020, la photographie du paysage de campagne normande (Photo personnelle d' @AliceJeanne)
Frangipane courait pieds nus sur l’herbe grasse et fraîche du haut de la falaise. Elle sentait sous la peau encore tendre de ses plantes de pieds la caresse soyeuse des végétaux avec parfois la rugosité d’un futur arbuste ou d’une plante grasse. Elle s’arrêta nette au bord du précipice, regarda les prairies et les bosquets, desquels elle était, pour quelques minutes, maîtresse, les surplombait de sa hauteur et de Sa Majesté. Dans quelques heures, l’institutrice sonnerait de son sifflet strident, il faudrait se diriger vers le parking, rejoindre le bus et rentrer dans leur bonne vieille ville de Cassin où l’attendraient les exigences strictes de ses parents et les brimades de ses camarades. Son regard tomba sur une longue tige couverte de clochettes jaunes qui passait entre ses orteils. Elle songea un moment à la cueillir pour cet herbier qu’elle devait commencer depuis le début de l’année et tout aussitôt se dit que les fragiles fleurettes n’avaient rien fait pour mériter de finir ainsi. Tant pis, elle irait une fois de plus en retenue pour ne rien avoir rapporté, privée de sortie pour ne pas avoir fait ses devoirs et rejetée pour avoir fait baisser la moyenne de la classe.
Vous devez vous connecter (vous enregistrer) pour laisser un commentaire.