Lien Facebook



En savoir plus sur cette bannière

- Taille du texte +

Notes d'auteur :

26e thème = femme

<3 

 

Quelques années plus tard, nos routes se croisent à nouveau. Peut-être. Nous avons tant changé. Mais l’affection, la force, quelque chose en moi, toujours aussi fort pour toi.
Nous sommes à la salle des ventes. Des bourgeoises, toutes les deux, image improbable. Presque insupportable. Je voudrais hurler. Mais tu es là, deux colonnes à côté, et j’ai envie de courir jusqu’à toi.
Je te regarde.
Tu es belle.
Tu as gagné, avec l’âge.
Tu n’as jamais été si resplendissante.
Et la vente commence, mais je n’y prends pas garde.
Et au fur et à mesure des articles
Je te regarde et
ressurgit du fond de ma mémoire
mon seul amour de femme
toi
Barbara
Drouot
TOI.
Je quitte la salle en pleurant. En courant. Follement.
Tu me rattrapes. Ou je l’espère. J’espère toujours que tu me rattrapes.
Et tu me dis « Violette » comme si tu me parlais hier encore d’un quotidien anecdotique. Je veux te gifler, si fort, si tu savais, mais je te prends dans les bras, et au lieu de mordre et de crier, je te dis : « Tu m’as manquée » et tu es belle, je le pense bas.
Tu ne dis pas que je t’ai manquée aussi, sûrement parce que ce n’est pas le cas, sûrement parce que je me suis trop accrochée à toi.
Pas grave.
Je suis habituée à ça.
Et puis, tu n'es pas méchante ce soir. Tu es apaisée, tu souris, tu as l’air épanouie. Comme je l’ai tant espéré, pendant des années. Un autre ou une autre a pu t’aider ou alors toi-même, tu as su trouver ta vérité. Je ne sais pas mais je suis fière de toi. Si fière, Olivia.
« Qu’est-ce que tu fais  ? ». C’est tellement artificiel. On le sait, c’est douloureux quand même.
« Ici ou dans la vie ? »
« Je ne sais pas »
Toi aussi tu te perds dans tes mots et ça me rassure. Je ne suis pas la seule affectée. Tu ne sais pas à quel point ça me fait du bien, de savoir que toi aussi tu es perturbée.
« Partons », je te demande et je veux dire : « Pardon ».
Tu me réponds : « Où ça », et je rétorque : « Où tu veux » parce que c’est vrai, je suis prête à ça.
« Désolée, je ne peux pas », tu sembles reprendre contenance et je me décompose. Tu seras et resteras mon seul amour de femme. 

 

Note de fin de chapitre:

De grosses références à Drouot, chanson de Barbara <3 

Vous devez vous connecter (vous enregistrer) pour laisser un commentaire.