Lien Facebook



En savoir plus sur cette bannière

- Taille du texte +

Notes :

Voici une mini-introduction à l'histoire d'Olivia et Violette, qui va rythmer tout le mois de juillet, à raison d'un chapitre par jour. 

Merci à Seonne pour cette magnifique illustration <3

Notes d'auteur :

Ce premier chapitre est une espèce de 'songfic' sur la chanson de Lady GaGa - Marry the night. (que j'aime d'amour, notamment le clip qui est carrément un court métrage, mais si puissant ptn, si vous avez 14 minutes devant vous, regardez-le). Ce devait être le deuxième mais je trouvais "Lettre à la folie" un peu trop personnel et intime pour commencer. 

Les paroles tirées de la chanson ont été mises en italique.

Bonne lecture <3

Marry the night

Toi et moi, on devait se marier avec la nuit, tu te souviens (certainement pas, vu que ta mémoire est mauvaise).

Pas grave.
Avec ton justaucorps. Non, je déconne. T’étais plutôt jean et hoodies et peut-être des bottines qui claquent contre le sol. Juste pour faire style.
et puis tes bas résille.
Moi, j’aurais mis mon plus beau body, pour toi. Celui qui me rend sexy. Pour toi, et pour la nuit.
Et l'on se serait dit « Oui ».
On se l’est déjà tellement dit.
Lorsqu’on se couchait sur le trottoir en priant que personne ne nous écrase et en riant comme des idiotes. Comme des chèvres. Comme une porte qui grince. Comme tous les sons les plus tordus et les plus absurdes de l’univers.
Lorsqu’on pensait que les rues nous appartenaient.
Lorsqu’on allait chez mes amis et que tu me refilais en cachette ta coupe de champagne parce que tu détestais ça mais que tu ne voulais surtout pas que les autres le découvrent.
Lorsqu’on courait pieds nus sur le béton et qu’on se croyait les reines du monde (et nous étions les reines. Du moins, toi tu l’étais. Ma reine).

On faisait l’amour sur l'asphalte parce que l’on s’aimait et que la nuit nous avait épousées. On prenait toutes les libertés possibles, rien ne nous était interdit, nous avions la fureur de vivre et l’urgence d’être. Pour de vrai. Alors les trottoirs, l’herbe humide des Invalides, le dernier rang de la salle 3 du MK2 Quai de Loire, ou même l’intérieur du Sacré-Cœur, aucune limite à notre amour, bébé, dans cette ville, et la frénésie de la nuit qui nous encourageait.


Je vais tout de même me marier avec la nuit, sans toi cette fois.
Elle m’aura été fidèle jusqu’au bout des galères. Sans toi. 
I won’t give up on my life.
Je suis une reine guerrière et je vis passionnément ce soir.
J’emprunte les mêmes routes, plus ivre, et plus seule assurément, mais le vent souffle sur mon visage lorsque je cours comme une gosse et je me sens revivre, la nuit. Les lumières tamisées donnent à Paris un air plus charmant.
Je n’ai plus peur du noir.
Je vais épouser l’obscurité, je vais faire l’amour aux étoiles, à défaut de toi. Je suis un soldat de mon propre vide. Je suis une gagnante.
Je me le répète pour y croire. Je suis une gagnante. Même si j’ai tout perdu. La nuit est à moi. Je ne pleurerai plus jamais. Je me roulerai sans arrêt sur les pelouses des Buttes-Chaumont et me baignerai dans sa cascade, espérant retrouver les artistes de mon passé.
J’attendrai chaque soir que la nuit tombe, dans mon studio ridicule. Et quand l’heure arrivera, je vais lacer mes bottes, mettre un peu de cuir et traîner dans les rues que j’aime, avec mes gants en résille. Je suis une pécheresse.
Je lancerai à tout le monde des regards de défi : « Venez me le dire en face ». (Viens me le dire en face). Je m’en moquerai. Je ressemblerai à une pute parce que je voudrais être désirable et provocante.
Puis j’irai dans les bars, mais promis, je ne pleurerai plus jamais. Je tiendrai haut mon verre de whisky. J’embrasserai le barman deux fois de suite. Je serai heureuse et fière de me faire offrir une tournée interminable de shoots. Et à la fin, je pleurerai quand même parce que, dans le fond, je suis une looseuse. 
Mais même ivre de tristesse, je me souviendrais que je vais épouser la nuit et je ne laisserai rien à explorer sur ces rues. Parce que ce sont les nôtres. Et personne n’a le droit de les souiller, pas même moi. 

 

Note de fin de chapitre:

Lady GaGa, Barbara, Pomme, Mylène Farmer sont des queen qui feront des apparitions à nouveau dans ce recueil ou celui des 31 jours de juillet <3

Vous devez vous connecter (vous enregistrer) pour laisser un commentaire.