Lien Facebook



En savoir plus sur cette bannière

- Taille du texte +

Notes d'auteur :

Et le titre du recueil pour celui-ci ! Il est un peu inachevé et peut-être comme Radiguet le disait, il aurait humain de le faire, mais je voudrais que celui-ci soit entièrement publié avant l'autre donc je me fous un coup de pression.

CRY ME A RIVER

Je veux te raturer au feutre noir

Je veux t’effacer de ma mémoire

Je veux t’avaler

Je veux te perdre, ne t’avoir jamais eue,

Je veux que ton histoire

ne me bouleverse plus.

Je veux t’enlever de mon corps.

Je veux ta disparition mon amour.

Je veux t’oublier, te reprendre ce que je t’ai donné. Mon cœur. Le temps, les heures, les semaines que je t’ai consacrées. Une éternité.

Je veux que tu pleures une rivière

comme tu m’as fait pleurer des torrents

et des torrents à faire frissonner des océans

et je veux que tu me regardes

ou plutôt que tu baisses les yeux devant moi

que la honte te submerge

Je veux ta bouche. Je veux tes cheveux. Je veux ton odeur.

Je veux te mordre le cou.

Je veux que tu ravales tes mots. Tes pires pensées. Je veux que tu me considères.

Je veux tes regrets. 

Tes excuses.

Je veux rembobiner. Je veux être aride, pour ne plus pleurer.

Je veux

J’ai toujours voulu, oui, mais je n’ai jamais rien eu, tu mens. Tu mens et tu te noies dans tes mensonges, menteuse, même pas amoureuse.

Je veux, comme dans Eternal Sunshine of the spotless mind, être capable de retirer tous nos souvenirs. Même les plus beaux. Car tu les as rendus ternes, dégueulasses. Car tu les as salis par tes mots indignes. Car tu as détruit toute leur élégance. Je veux presque te faire payer, mais je veux ne plus m’en enquérir. Car tout ce que je veux de toi te donne une importance que tu ne mérites pas.

Et les millions de larmes qui ont coulé comme une rivière pourraient m’engloutir toute entière. Je veux que tu te sentes concernée un minimum, que tu regardes en face le marasme que tu as causé. Et que tu cesses de t'enfuir.

Et je ne veux plus rien. De toi. Et en même temps je veux tout. Et en même temps je m’épuise. Et en même temps je suis si traumatisée que je crains de ne jamais y arriver. Et en même temps, je veux mourir. Pas pour de vrai, mais dans l’idée. Je veux que ça s’arrête. Et je suis épuisée.

Je voudrais m'oublier.

Note de fin de chapitre:

Merci d'avoir lu !

 

J'avoue que j'ai un peu hâte de me débarrasser de ces textes car je ne suis plus tout à fait dans le même état d'esprit et j'ai surtout envie d'avancer.

Vous devez vous connecter (vous enregistrer) pour laisser un commentaire.