Lien Facebook



En savoir plus sur cette bannière

- Taille du texte +

Pendant ce temps, au village, les habitants se tenaient tous éveillés, malgré l'heure avancée de la nuit. Les hurlements apocalyptiques des Trois Fléaux lors de l'effondrement de leur antre n'étaient pas passés inaperçus, et tous craignaient que cela soit de mauvais augure.

-Qu'avons-nous fait pour réveiller leur courroux ?! dit une femme, paniquée.


Bientôt, son inquiétude gagna l'ensemble des villageois qui commençaient à craindre pour leur tranquillité et a fortiori pour leurs vies.

-Oh ! Regardez tous ! dit un enfant en désignant l'issue du village, précédemment empruntée par le fourgon du Tavernier.

Les villageois se retournèrent et ce qu'ils virent les stupéfia. A l'endroit désigné par l'enfant se dressaient sept silhouettes que la jeune Marie reconnut aussitôt. Elle ne pouvait expliquer comment, mais devant elle et l'ensemble d'Urvakane se trouvait le groupe de voyageurs qui devaient servir de pâture aux Trois Fléaux, couverts de poussière mais autrement intacts ! Elle s'empressa d'aller à leur rencontre.

-Vous ?...Comment...Que s'est-il passé ?! Comment avez-vous pu vous échapper ?

Yalla lui lança un regard sévère :

-Alors comme ça tu savais à quoi nous allions être confrontés ?! Je crois que tu nous dois quelques explications, jeune fille !

Marie ne pût soutenir longtemps les regards cruellement accusateurs que lui lançait le groupe. S'effondrant au sol, elle éclata en sanglot, prise d'atroces remords.

-J'ai honte...Je suis une horrible personne !!! J'ai participé à votre enlèvement !!!

-Nous qui te croyons digne de confiance, tu nous vois bien déçus ! fit Ozzie

-Je...n'avais pas le choix !!! hurla la jeune fille.

Elle leur avoua toute l'histoire et leur expliqua comment elle en était arrivée à de telles besognes, le mauvais ascendant qu'avait le Tavernier sur la population Urvakane ainsi que le règne de terreur des Trois Fléaux.

-Non seulement le sacrifice d'étrangers nous permettait de gagner un peu de répit, mais le Tavernier en profitait pour assouvir sa mauvaise influence ! Quiconque faillissait à lui livrer des touristes à envoyer aux Trois Fléaux risquait de finir lui-même dans leur antre ! Et la pauvreté de ma famille me laissait encore moins le choix !

Marie sanglotait bruyamment. Pris d'un élan de compassion, Stryte parla, s'adressant aussi bien à elle qu'à l'ensemble des villageois.

-Citoyens d'Urvakane ! Le règne de terreur des Trois Fléaux est définitivement terminé. Leur antre est en ruine ainsi que leur pouvoir ! Un mélange d'astuce, de travail d'équipe et de véritable chance nous a permit d'en venir à bout !

Si les Urvakans étaient sidérés de voir les voyageurs ainsi revenir du repère des Fléaux, certains émirent des doutes face à la nouvelle de leur disparition.

-Si vous ne nous croyez pas, dit Dorian, envoyez donc un éclaireur ! Toi, par exemple (Il s'adressait à un Urvakan aux allures de chat-huant), puisque tu sais voler et que les gens de ton peuple ont une bonne vision nocturne !

Le villageois aviaire s'exécuta, estimant qu'on ne discutait pas les ordres de tels personnages ! Il prit son envol vers la montagne hantée. Quand il revint, un peu plus tard, il ne pût qu'approuver les dires des héros.

-Vous m'en voyez bien surpris, mais la maison des Trois Fléaux n'est plus que ruines, sans aucune trace d'eux nulle part !

Se réalisant enfin libres, les villageois émirent à l'unisson un bruyant cri de joie. Ils s'apprêtèrent à faire une gigantesque ovation aux héros quand Kelly les interrompit dans leur extase :

-Quand bien même nous sommes heureux de votre liberté fraîchement retrouvée, nous avons encore un compte à régler avec votre Tavernier, à cause de qui nous avons passé une nuit en Enfer !

-QUE SE PASSE-T-IL ICI ?! tonitrua une voix.

Tout le monde la reconnût et en connaissait bien l'émetteur. Le Tavernier, qui, de par son goût pour la bonne chère, avait le sommeil plus lourd que le reste des villageois, venait d'apparaître après tout le monde. Un de ses employés, déjà présent sur les lieux, lui montra la cause de ce rassemblement. Quand le Tavernier aperçut les voyageurs, il fut saisie d'une soudaine catatonie.

-VOUS !!! LES TROIS FLEAUX NE SONT PAS PARVENUS A VOUS AVOIR ?!!! dit-il en retrouvant l'usage de sa voix sourde.

-C'EST UN AVEU !! rugit Stryte en s'avançant vers lui. ET NE TE FATIGUE PAS AVEC DES EXPLICATIONS FUTILES !!! MARIE CI-PRESENTE NOUS A TOUT EXPLIQUER : DE NOTRE ENLEVEMENT A TES MAGOUILLES POUR PRENDRE LE POUVOIR SUR URVAKANE !!!

Subrepticement, le Tavernier lança un regard noir à Marie, lui signifiant qu'il lui ferait payer cette trahison.

-SI TU VEUX TOUT SAVOIR, reprit le furet, GRÂCE A NOUS, LES TROIS FLEAUX NE SONT PLUS !!! NOUS AVONS DEJOUE TOUS LEURS PIEGES ET DETRUIT LEUR MAISON !!! MAINTENANT, IL EST TEMPS POUR NOUS DE TE REMERCIER POUR CE PETIT VOYAGE A TRAVERS LA PEUR ET POUR LES HABITANTS DE TE RENDRE LA MONNAIE DE TA PIECE !!!

Sentant son pouvoir et sa personne en danger, le Tavernier réagit le premier.

-ATTRAPPEZ-LES !!! ordonna-t-il à ses employés.

Ceux-ci réagirent, mais pas comme le Tavernier s'y attendait. Au lieu de s'exécuter, ils lui firent face avec un air de défi.

-Les étrangers ont raison, « patron », dit l'un des employés. Cette fois, ça suffit !

Le Tavernier qui, tout massif qu'il était, n'avait jamais eu de vrai courage, perdit toute contenance : les villageois s'avancèrent vers lui, menaçants et bien décidés à en découdre. Seul contre tous, le Tavernier fouilla la foule du regard en quête d'une issue qu'il ne trouva pas, étant encerclé de toute part.

-VENGEANCE !!! hurla un villageois.

Aussitôt, un groupe de ses concitoyens se jeta sur le Tavernier sans lui laisser l'occasion de se défendre. Meurtri par les coups, celui-ci se retrouva K.O en quelques minutes. Ses anciens employés, après l'avoir ligoté, l'emportèrent à dessein de l'enfermé dans son fourgon pour le bannir loin d'ici, là où il ne pourra embêter personne.

Urvakane, libérée de toutes craintes, pût enfin célébrer joyeusement l'évènement. Marie, à qui les compagnons avaient accordé leur pardon (après tout, dans un sens, c'était grâce à elle qu'Urvakane était sauvée), passa de l'état d'adolescente timide à celui de jeune fille joyeuse et souriante en l'espace d'un instant.

-Les vacances peuvent commencer, sourit Stryte. Pour tout le monde, de surcroît !

FIN DE L'EPISODE
Vous devez vous connecter (vous enregistrer) pour laisser un commentaire.