Lien Facebook



En savoir plus sur cette bannière

- Taille du texte +

Cette nouvelle salle était comme un immense carrousel à l'arrêt. Les murs étaient couverts de portraits représentant tous le même personnage aux allures de fantôme drapé.

-Ils faudrait penser à diversifier un peu plus la déco ! ironisa Kelly en descendant du chariot, suivie de ses camarades.

De l'autre côté du manège se trouvait une porte. A priori, il aurait suffi aux compagnons de traverser la pièce pour l'atteindre mais c'eût été trop facile ! Ils en savaient quelque chose.

-Une pièce en forme de carrousel, des tableaux représentant un drôle d'ectoplasme, à quelle sauce serons-nous mangés cette fois ? soupira Yalla désabusée.

-Je sens qu'on ne va pas tarder à le découvrir, répondit Stryte en posant un pied sur le carrousel.

Comme il fallait s'y attendre, le carrousel se mit à tourner une fois toute la bande dessus et une musique étonnamment joyeuse se fit entendre.

-Tiens, ça change d'ambiance ! remarqua Moddey

A peine eût-il dit cela qu'une pluie de boule de feu jaillit du plafond. Les compagnons durent donc jouer d'agilité, de sauts habiles et de chance pour résister au mouvement du manège les entrainant et ne pas se retrouver dans l'angle d'un brûlant projectile ! Le brouhaha explosif dura un bon moment, rendant inaudible la musique. Quand enfin cela cessa, les compagnons cessèrent de courir afin de reprendre leur souffle et d'attendre que leurs oreilles cessent de bourdonner.
Quand leurs oreilles furent de nouveau perméables à la musique, un étrange envoûtement s'empara des compagnons qui commencèrent à bien apprécier ce petit air entraînant ! Comme s'il n'avait pas été essoufflé quelques instants auparavant, Stryte se releva et prit la main de Yalla, le regard pétillant d'une envie soudaine :

-Mademoiselle, m'accorderiez-vous cette danse ?

Yalla fixa un moment son ami, saisie par son comportement, avant de se laisser elle aussi gagner par l'envoûtement.

-Volontiers, charmant monsieur !

Les deux se lancèrent dans un slow effréné, oubliant vraisemblablement le monde en dehors de leur danse. Cette étrange allégresse gagna bientôt le reste du groupe. Ozzie invita à son tour Kelly à danser, qui accepta sans rechigner. Puis ce fût à Moddey et Malou de se joindre à la fête. Dorian se retrouva, lui, sans partenaire. Peut-être pour cela fût-il le seul à échapper à l'envoûtement.

Flairant un piège, Dorian tenta tant bien que mal de ramener ses amis à la raison...en vain ! Le sortilège était trop fort ! Et c'est là que la suite du traquenard s'enclencha.

Le garçon vit une forme fantomatique jaillir d'un des tableaux. Il s'agissait d'une petite entité spectrale à l'image de celle représentée sur les fresques murales et qui se faufilait vers Stryte et Yalla. Dans leur maudite béatitude, ils ne se rendirent compte de rien. Ni une ni deux, Dorian se rua aussi vite qu'il le put vers le spectre (il courrait dans le sens inverse de la rotation du manège). Arrivant derrière celui-ci, il lui flanqua, sans réfléchir, un bon coup de pied à ce qui lui servait de séant, juste avant que le spectre ne puisse s'en prendre à ses amis ! Le spectre effectua un tonneau dans les airs, déséquilibré, avant de se volatiliser. Un autre vint alors, cherchant à s'en prendre à Ozzie et Kelly ! Dorian réitéra la même opération que pour le précédent. C'est alors que les fantômes surgirent en groupe des peintures, bientôt trop nombreux pour que Dorian y fasse face seul ! Que faire donc ?

-Hep ! Hep ! fit-il en claquant dans les mains pour attirer leur attention. Je suis là ! Approchez donc, esprits frappeurs de carnaval !

Rien à faire. Les fantômes s'approchaient inéluctablement des danseurs sans prêter la moindre attention aux provocations. Dorian se dût d'agir.
Profitant des rotations du manège, il se laissa porter et, en un tour, parvint à botter les fesses de tous les fantômes présents ! Une fois ceux-ci vaincus, la musique à son tour se tût et le manège s'arrêta. Les danseurs sortirent de leur torpeur et furent bien surpris et gênés de se trouver en face à face avec leur partenaire ! Dorian s'en amusa intérieurement. Il s'empressa de leur expliquer dans quel panneau ils étaient tombés et comment il les en avait sorti.

-Ne me remerciez pas trop tôt ! tint-il à préciser. Habituellement, c'est le moment où un plus grand méchant arrive !

Cela ne manqua pas. Un nouveau spectre à l'image de ceux des fresques murales se matérialisa devant la bande. Celui-ci était beaucoup plus grand et effrayant, cependant. D'un ton fier et impérieux, il se présenta :

-Voyageurs, vous avez devant vous le plus grand des Trois Fléaux, à savoir moi, Kummitus !

Les compagnons ne tremblèrent pas, ayant eu largement l'occasion d'épuiser leur réserve de peur au cours de leur aventure.

-Je vous félicite d'être parvenus jusqu'ici, reprit Kummitus. Mais cela ne changera rien à votre destin. Votre voyage s'arrête ici, étrangers !

Après avoir traversé tant d'épreuves et affronté tant d'ennemis, les voyageurs n'avaient pas envie de se laisser faire !

-Nous vendrons chèrement notre peau ! affirma courageusement Stryte.

-Je me permets de te rappeler que nous avons vaincu tes deux complices, ajouta Yalla, dans la même posture de défi que celle adoptée par le reste du groupe.

L'assurance des mortels arracha au Fléau un rire gras.

-De la simple chance ! Mais personne n'est jamais sorti vivant d'ici et vous ne serez pas les premiers ! EN GARDE !!!

Kummitus plongea sur les voyageurs qui eux même plongèrent au sol pour l'esquiver. Un courant glacial les effleura quand Kummitus les survola. Celui-ci réitéra sa manœuvre au ras du sol pour ne pas laisser d'échappatoire à ses proies ! Celles-ci roulèrent pour l'éviter, lui échappant de nouveau, ce qui eût pour effet d'enrager le Fléau qui changea de tactique ! Se gonflant dans les airs, il cracha sur eux un souffle de brouillard glacé. Ozzie, pas assez rapide, fut le premier touché. Aussitôt, il se figea sur place, comme ankylosé ! Ravi de cette réussite, Kummitus continua avec plus d'ardeur. Bientôt, Kelly, Stryte, Yalla et Dorian subirent le même sort qu'Ozzie. Il ne restait plus que Malou et Moddey en lice. Ces derniers, quadrupèdes, avaient plus facilement échappé au souffle glacial, de par leur posture horizontale. Mais Kummitus n'était pas du genre à abandonner !

-JE VOUS AURAI, VERMINES !!!

Il prit une grande inspiration et lança un jet de brouillard particulièrement puissant qui se matérialisa en une gigantesque muraille emplissant la salle et avançant lentement vers les deux quadrupèdes qui, dos au mur, croyaient vivre leurs derniers instants.

-Moddey, dit Malou alors que la muraille avançait fatalement vers eux, avant de finir gelée, je voudrais te dire que...

Mais Moddey n'entendit pas la fin de la phrase, prit qu'il était par une idée qui venait de lui surgir. Une idée folle et quelque peu osée, mais face à la mort, il ne fallait pas craindre le ridicule. Alors que la muraille allait les engloutir, Moddey leva la patte en sa direction et...compissa la flamme bleutée ! La chaleur urinaire provoqua une réaction en chaîne sur le souffle glacial qui revint brusquement à son émetteur. Son horrible visage se décomposa et son corps entier se mit à dégouliner. Malou, qui avait ressenti un mélange de surprise et de gêne face à l'astuce de son ami canin, ne tarda pas à constater l'efficacité de ce tour.

-AU SECOURS !!! cria Kummitus. JE FONDS !!!

Le chef des Trois Fléaux fut rapidement réduit à l'état d'une gigantesque flaque qui disparu dans le sol, sans laisser aucune trace. Les deux quadrupèdes sautèrent de joie face à leur exploit. Moddey expliqua sa drôle d'astuce à Malou.

-En sentant le froid glacial qui émanait de lui, je me suis dit, poussé par la terreur, qu'on pouvait utiliser cela à notre avantage. Qui plus est, le fait qu'il ne refasse pas le coup des boules de feu donnait déjà un indice !

La magie noire de Kummitus partie, leurs amis gelés revinrent à la vie. « Tant mieux, songea Moddey en son for intérieur, je n'aurais pas à les arroser ! »

Leurs amis mirent un peu de temps à se réapproprier leurs corps engourdis par le froid. Yalla, la première, parla.

-Moddey, Malou...vous...vous avez vaincu Kummitus ?

Les deux acquiescèrent fièrement quoique Moddey espérait ne pas avoir à expliquer comment.

-Fantastique ! s'exclama Stryte. Nous avons vaincu les Trois Fléaux. Maintenant, il nous faut sortir d'ici et regagner le village. Marie et le tavernier nous doivent des explications !

C'est alors qu'un bruit sourd comme le tonnerre se fit entendre, accompagné d'un tremblement qui ébranla tout le manoir. La voix de Kummitus résonna de nouveau :

-J'AI DIT QUE PERSONNE N'ETAIT JAMAIS SORTI VIVANT D'ICI !!! CE N'EST PAS AUJOURD'HUI QUE CELA COMMENCERA !!!

Un éclair traversa la pièce. Sans mot dire, les amis prirent leurs jambes à leurs cous tandis que la maison tremblait de plus en plus fort sous le sabordage des Fléaux !
Vous devez vous connecter (vous enregistrer) pour laisser un commentaire.