Lien Facebook



En savoir plus sur cette bannière

- Taille du texte +

L'issue empruntée par le groupe menait à un gigantesque escalier qui lui-même menait certainement à la surface ! Les voyageurs entamèrent la montée en fil indienne et aussi vite qu'ils purent ! Tout tonnait autour d'eux maintenant.

Le destin frappa de nouveau quand une marche sur laquelle Malou venait de poser une patte arrière céda. La pauvre féline, qui courrait en queue de file, se retrouva coincée !

-SORTEZ-MOI DE LA !!! supplia-t-elle.

Ses amis interrompirent leur fuite et virent dans quelle fâcheuse posture se trouvait leur compagne d'aventure !

-J'ARRIVE !!! lui cria Moddey, qui courait devant elle, en redescendant les marches en sens inverse.

Agrippant les pattes avant de son amie une fois arrivé à sa portée, il s'empressa de la tirer de toutes ces forces, ce qui ne fût pas tâche facile, sa patte étant bien enfoncée ! Et la maison continuait de s'écrouler.

Comme si cela ne suffisait pas, l'escalier que nos amis montaient commença lui aussi à dangereusement trembler. Le résultat ne se fit pas attendre : les premières marches s'effritaient ! Une par une, les autres suivirent !

Une nouvelle secousse et la patte de Malou se décoinça. Il leur fallait maintenant courir pour leur vie ! Au bout de quelques marches de plus, les compagnons virent une ouverture. Sans faiblir malgré l'épuisement, ils s'y engouffrèrent tandis que l'escalier finissait de s'écrouler.

Les compagnons se virent revenus dans le hall d'entrée. Courant à perdre haleine vers la porte de sortie, un détail qu'ils avaient oublié les frappa : la porte n'avait pas reparu.

-AHAHAHA !!! résonna la voix de Kummitus. VOUS NE CROYIEZ TOUT DE MÊME PAS VOUS EN SORTIR AINSI ?! PERSONNE NE NOUS ECHAPPE, DUSSE-JE FAIRE PERIR NOTRE POUVOIR AVEC VOUS !!!!

Il est vrai que les monstres avaient pensé à tout. Les compagnons sentirent se sceller leur destin tandis que des éclairs tombaient autour d'eux. C'en était fini d'eux. Stryte en fut le plus affecté : il était celui qui les avait entrainés là-dedans ! Et voilà le résultat...Les larmes aux yeux, les compagnons, dans un ultime geste de résignation, se prirent par la main, attendant leur fin... Bientôt vint une nouvelle secousse, bien plus forte que les autres, et le toit s'effondra. Sans que les compagnons accablés ne s'en rendent compte et par un heureux hasard, des fragments de charpentes s'assemblèrent au-dessus d'eux à la manière d'un abri, isolant ainsi les autres débris qui chutaient en masse autour d'eux.
Vous devez vous connecter (vous enregistrer) pour laisser un commentaire.