Lien Facebook



En savoir plus sur cette bannière

Nom sur le Héron : ninipraline [Contacter]
Prénom :
Membre depuis : 24/02/2018
Statut : Membre
Bio:

Relecteur / correcteur: Non
Sexe: féminin
[Signaler ceci]
commentaire de ninipraline
La morale est sauve par Molly59 Déconseillé - 12 ans [Commentaire(s) - 66]

Angleterre, début 19ème. La belle comtesse Laura Whitecourt s'ennuie. Pour se distraire, elle décide de séduire un jeune musicien de naissance obscure. Mais son oncle, l'inquiétant Lord Dempster, s'intéresse lui aussi au jeune homme...



Categories: H/F, Romance, Historique, Tragique, drame, XIXe siècle | Series: Aucun
Complet : Oui | 1 chapitre | 2957 mots | Lu 22007 fois
Avertissement: Violence psychologique
Langue: Français
Genre Narratif: Roman

Table des matières

Publié le : 28/11/2010 | Mis à jour le : 24/05/2011 [Signaler ceci]
Reviewer: ninipraline Signé
Date: 29/03/2018 Title: Chapitre 1: Caprice

Piquant et amoral.
Le titre est particulièrement bien trouvé.
La plongée dans les pensées de cette Lady : de son autosatisfaction à la découverte de son enchainement à sa classe en passant par son désenchantement est très bien décrit. Le creux de sa pensée et sa superficialité sonnent justes de meme que sa capacité à la voir partout sauf en elle.
Les allers retours entre la salle de bal et les réflexions de la jeune femme sont très bien maitrisés. Les passages de l’un à l’autre sont très délicats. Et les masques tombent les uns après les autres jusqu’à la découverte finale : elle est absolument comme ces garcons qu’elle prend de haut.
C’est juste ce qu’il faut de mordant, dans le sens où elle possède justement tout les défauts de cette jeunesse (ceux qu’elle ne veut pas voir dans son potentiel fils) sans etre donneur de leçon. Ce qui rend la lecture particulièrement savoureuse.
Belle découverte pour moi.
Merci à toi.

Réponse de l'auteur: Merci ninipraline !

L'attrapeuse de rêves par Ellie Déconseillé - 12 ans [Commentaire(s) - 7]

KateRodrigues


Si vous êtes un bon rêve, vous n'avez rien à craindre d'un attrapeur de rêves. Il vous guidera délicatement vers ses plumes, d'où vous pourrez vous échapper pour aller emplir la tête d'un petit dormeur.

Si vous êtes un cauchemar, par contre, le filet se refermera sur vous, comme une toile d'araignée emprisonne une pauvre mouche. Et un jour, l'attrapeuse de rêves viendra vous mettre dans sa besace et vous amener ailleurs.

Qu'est-ce qu'elle fera de vous ? Elle seule le sait.

2e place au concours « Do you believe in magic? »


Categories: Historique | Series: Aucun
Complet : Oui | 1 chapitre | 2881 mots | Lu 1567 fois
Avertissement: Aucun
Langue: Aucun
Genre Narratif: Nouvelle

Table des matières

Publié le : 21/07/2013 | Mis à jour le : 22/07/2013 [Signaler ceci]
Reviewer: ninipraline Signé
Date: 29/03/2018 Title: Chapitre 1: L'attrapeuse de rêves

Mignon et plaisant.
Cet épisode de la découverte du nouveau monde m’a fait sourire. L’idée, que l’esprit de l’attrapeuse est tenté de protéger le territoire des nouveaux-venus, est assez réjouissante.
La montée de la tension dans le camp est bien décrite et sonne juste (si on tient compte qu’on a des marins fatigués par de longs mois de navigation et subissant les chaleurs humides des forêts tropicales car ils sont bien fringants et en pleine forme tes marins dans ce petit texte).
La peur, qui naît de « l’horreur douce »* de ce qu’ils vivent et découvrent chaque matin, est bien amenée, tout en restant légère. Les réactions irrationnelles des hommes et la réponse de l’ordre et de la discipline du commandant sont bien dépeintes et on entre facilement dans le rapport de force et la naissance de cette presque « folie » qui s’emparent des hommes.
C’est une lecture agréable et toute en légèreté que j’ai pris plaisir à découvrir.
Merci à toi.
* C’est une accroc des livres et films d’horreur qui commente donc ne prend pas cela mal je suis juste perverse côté barbarie au point de rire quand le héro se fait trancher le cou et que le sang gicle au-delà de toute mesure.

Vendredi 13 par MelHp7 Déconseillé - 16 ans [Commentaire(s) - 4]

Images provenant de Talent Attitude, mademoisellegrenade.fr, Hebus et Dreamstime (Google) | Montage de moi



Ellen est une grande rêveuse solitaire et superstitieuse qui passe son temps à regretter sa propre vie. Le cours des choses est bouleversé lorsqu'elle est convoquée par la directrice de la banque où elle travaille, une directrice que tout le monde voit comme un véritable dragon.

Categories: Horreur, Fantastique | Series: Aucun
Complet : Oui | 4 chapitre | 18357 mots | Lu 7128 fois
Avertissement: Contrainte (chantage, viol...), Violence physique
Langue: Français
Genre Narratif: Nouvelle

Table des matières

Publié le : 03/09/2017 | Mis à jour le : 04/09/2017 [Signaler ceci]
Reviewer: ninipraline Signé
Date: 14/09/2021 Title: Chapitre 1: L'irréaliste

Quelle tension ! Je crois que j'ai presque fait une crise d'angoisse avec Ellen.
La tension est bien amené. Les temps des différents passages routine et habitude de la jeune femme, cauchemar puis la réalité mesurée à la minute près sont bien équilibrés. On ne s'ennuie pas dans ce premier chapitre qui est bien mené

Réponse de l'auteur: Oh ! Merci de t'être plongée dans la lecture de ce vieux texte malgré la mise en page ignoble (j'en suis désolée). Je suis ravie que la montée en tension fonctionne ainsi, et que ce chapitre donne envie de lire la suite.

Reviewer: ninipraline Signé
Date: 14/09/2021 Title: Chapitre 2: Amnésie

Enigmatique ce chapitre.
Cette succession de treize en parallèle avec sa découverte de l'hôpital et de son infirmière, ainsi que la succession de réveil participe à la montée de l'angoisse.
La fin, avec cette rencontre de sa directrice et son éjection de la voiture est aussi glaçante que curieuse.

Reviewer: ninipraline Signé
Date: 14/09/2021 Title: Chapitre 3: Bonne ou mauvaise nouvelle ?

Quoi ?
Cela devient carrément étrange (voir malsain?), dans quel traquenard est donc tombé Ellen.
La construction du chapitre en parties brèves (ascenseur, rencontre, appel téléphonique ou mail) participe autant à la montée du suspens qu'à la déconstruction du réel qui tend à plonger le personnage dans le trouble et nous avec qui tout à coup ne comprenons plus du tout ce qui se passe

Reviewer: ninipraline Signé
Date: 14/09/2021 Title: Chapitre 4: La confrontation

Quelle chute !
Et quelle tension.
J'aurai tout imaginé, une femme qui cherchait un moyen de faire passer le meurtre de son mari pour de la légitime défense, ou pour un crime passionnel pour sauver sa maîtresse, je continue à me demander la raison de tant de manigance.
Mais la déveine d'Ellen, tomber sur une opportunité de relation qui se révèle être plus toxique que prévue et possible, rend la chute presque amusante.
Merci pour ton partage

Réponse de l'auteur: Je me souviens m'être bien amusée à écrire tout ça, mais je n'avais aucune structure à la base de cette histoire, aucun cap, ou presque aucun. C'est ce qui donne ce côté alambiqué, et surtout qui fait que Katherine semble ne pas avoir de vrai motif de s'en prendre à Ellen. Je mets cela sur le compte de la naïveté de mes premiers écrits originaux... Merci pour ta lecture et tes commentaires.

Une petite comptine sur les fées écrite pendant les nuits qui a plu plus que je l'aurais cru.

Categories: Humour, Fantasy | Series: Les Nuits d'HPF
Complet : Oui | 1 chapitre | 226 mots | Lu 1082 fois
Avertissement: Aucun
Langue: Français
Genre Narratif: Poésie (vers)

Table des matières

Publié le : 31/10/2017 | Mis à jour le : 03/11/2017 [Signaler ceci]
Reviewer: ninipraline Signé
Date: 15/04/2018 Title: Chapitre 1: Chapitre 1

Les deux premiers mots qui me viennent : léger et dansant.
Très agréable à lire, beaucoup de gaieté se dégage de ce petit texte.
Le choix des mots, la simplicité enfantine, il y a beaucoup de lumière et de joie dans ce poème qui se décline par moment comme une comptine.
Les répétitions autour de la fée bouton d’or apportent une petite touche comique (ou de réflexion). Selon les moments, on peut y voir un simple jeu de mots dans une comptine ou un pied-de-nez à l’absence, les absents.
Belle maitrise des mots et du rythme en tout cas, pour une pause lecture à la fois rafraichissante et bienfaisante.
Merci à toi pour ce petit poème chantant.

Réponse de l'auteur: Je ne pensais pas susciter un commentaire aussi détaillé pour cette petite comptine. Déjà, j’aime tous tes petits commentaires et compliments qui font vraiment plaisir. Puis tu résumes bien la comptine aussi. Vraiment merci de ce commentaire ! Ça fait plaisir!

 

 

http://nsm07.casimages.com/img/2018/01/14//18011411511123589315461615.png

Crédits : ArtsyBee sur Pixabay, montage par mes soins.

 

Courir. Garder le silence. Ce sont les techniques de Nolan pour s'en sortir. Et ce n'est pas à la veille de son mariage qu'il va changer, n'est-ce pas ?

 

Participation au Calendrier de l'Avent 2017 organisé par The Night Circus et lalaulau. 

Liste Samanlyssmile, trinôme avec Lyssa et Sam.

 

Série Bienvenue dans la bande 

Nolan et Enzo

 

 



Categories: Romance | Series: Calendrier de l'Avent du Héron 2017, Bienvenue dans la bande
Complet : Non | 11 chapitre | 11367 mots | Lu 28488 fois
Avertissement: Aucun
Langue: Français
Genre Narratif: Nouvelle

Table des matières

Publié le : 02/12/2017 | Mis à jour le : 04/07/2018 [Signaler ceci]
Reviewer: ninipraline Signé
Date: 10/03/2018 Title: Chapitre 1: Jardin

Alors j’ai fini par me pencher sur le lourd du dossier, à savoir l’histoire dont tu souhaitais avoir un retour.
Le début est un peu froid.
Dès le début, je me dis c’est une présentation et je continu attendant le moment de tension et l’intrigue, mais le coup de coeur ne se fait pas tout de suite. Il manque un petit quelque chose.
La réserve que tu décrits très bien chez ton personnage rend difficile de s’y attacher tout de suite. Il est là présent devant nous et en même temps très fuyant.
L’artificiel du décor de banlieue est bien planté, ainsi que une certaine froideur et fermeture de la part de Nolan.
Tu laisses planer l’idée d’un passé qui cherche à se révéler, mais sans en dire plus ce qui m’incite à aller plus loin pour comprendre ce personnage qui ne se donne pas facilement. On devine une situation difficile par rapport à son enfance et son passé, peut-être sa famille. Et une fuite.
C’est un garçon qu’on sent toujours sur le départ : par son véhicule, par son hésitation dans le contact, par sa rêverie.
Paradoxalement, on sent un personnage sûr de lui. D’où question.
Ton écriture est fluide. Le passage de la description claire et carrée de la situation et de la banlieue à la narration plus active avec les dialogues et les évènements qui se bousculent est naturelle. La lecture est facile et agréable.

Reviewer: ninipraline Signé
Date: 10/03/2018 Title: Chapitre 2: L'odeur du napalm

Coup de coeur ! Tu nous ouvre un peu ton héros et on découvre sa fragilité par rapport à sa famille. Je commence à me sentir plus en empathie avec lui et à vouloir savoir s’il parviendra à renouer les liens avec eux ou certains d’eux à l’occasion de son mariage.
Le personnage commence à prendre de la profondeur, les failles à se révéler, ainsi que son subterfuge pour s’en sortir. La relation entre Sébastien et Nolan interroge, amitié, fraternité ou ancienne relation. J’attends de lire la suite.
Certaines phrases de l’introduction sont plus maladroites que ce que tu as l’habitude de produire depuis quelques années. Je me suis demandée si tu avais dû accélérer ton rythme d’écriture ou si tu t’étais sentie moins à l’aise dans ce que tu disais. Je pense notamment à la phrase : « Sébastien se tenait derrière avec l’aisance donnée par le fait… leur permettant de courir aisément »
Par la suite, ton écriture reprend sa fluidité habituelle et tu nous fait entrer sans difficulté dans l’histoire que tu tisses.
Est-ce qu’il n’y a pas confusion à la fin entre les prénoms de Sébastien et de Thibault ?

Reviewer: ninipraline Signé
Date: 10/03/2018 Title: Chapitre 3: Coffret à bijoux

Le pull qui traîne, les affaires d’Enzo et le coffre à bijoux : joli inventaire et belle façon d’ancrer ton personnage dans sa réalité et de nous faire partager par ses découvertes, sa difficulté à réaliser ce qu’il vit et à prendre pied dans la vie. Nolan commence réellement à me devenir sympathique et je comprend mieux maintenant la distance que tu as crée dans les premiers chapitres.
Tu décris très bien la solitude de Nolan, ses rituels pour échapper à ses pensées que se soit la course, le rangement. Et tu maîtrise bien les petites touches d’informations disséminées çà et là pour nous faire découvrir le passé, ici sa précédente relation avec Sébastien qui n’est que suggéré par le geste et juste l’idée que ce n’était pas toujours un geste amical.
L’histoire coule d’elle même, évènements, découvertes, interruptions tout s’enchaînent naturellement.

Reviewer: ninipraline Signé
Date: 10/03/2018 Title: Chapitre 4: Silence

Seul contre tous.
Ce petit chapitre est plus froid que le précédent. Il est encore plus fuyant. Pas un sourire lorsque son bientôt mari lui demande s’il a trouvé la boîte, « certifia » ça fait très « officiel » pour une réponse à un amoureux. J’ai eu l’impression qu’en voulant se rapprocher de sa famille, il s’éloigne de ses amis.
Tu nous fais découvrir un côté un peu calculateur et dissimulateur dans la mise au point de sa rencontre avec sa famille. Et en même temps son malaise par rapport à ce qu’il prépare.
Du coup, je suis toujours dans mes questions, mais est-ce qu’il est bien au clair avec ce qu’il est en train de faire ? Est-ce qu’il est juste en train de faire du « rangement » dans sa vie pour savoir qui il garde et qui il met au rebuts ou est-ce qu’il a l’impression d’être aller trop loin dans son engagement ?
En quelques mots, la rencontre avec des étrangers que sont devenus sa famille ; la certitude qu’il n’a plus rien à faire avec eux, il solde son passé.
Ça reste bien amené et compréhensible, même si je regrette que tu ailles aussi vite et que tu ne prennes pas plus le temps de nous laisser profiter de tes personnages et des situations que tu crées.
Attention j’ai vu des mots dont les lettres ont sauté « l’heure était, par contre, déale. »
Petite apparté, quelque chose m’a surprise c’est qu’il inspire au moment où il apprend que le rendez-vous est accepté. C’est inhabituel comme choix d’attitude, d’habitude on expire de soulagement. Est-ce que c’est une façon de nous dire qu’il va vivre cette expérience comme une plongée en apnée ? Alors pourquoi pas plus d’allusion au souffle coupé ou au fait qu’il retient son souffle lors de l’entrevue ?

Reviewer: ninipraline Signé
Date: 10/03/2018 Title: Chapitre 5: Glace

Eh oui ! Il a vécu son entretien familiale comme une apnée.
J’ai eu un peu de mal avec les auto-critiques de Nolan, son soulagement de faire une croix sur son passé, et la confirmation de son désir d’aller de l’avant dans sa relation. J’ai eu le sentiment qu’il manquait un petit quelque chose pour le rendre crédible. J’ai eu du mal à le relier avec les chapitres précédents où il parle plus de son action comme la pause d’une bombe à retardement, un côté un peu suicidaire, un genre de roulette russe qui lui convient relativement bien, et le côté moquerie et torture que tu évoques dans le début de ce chapitre. Par la suite, je retrouve le Nolan fuyant qui ne parle pas ou très peu de ses problèmes et qui fuit en passant à d’autres questions, à une course ou à toute autre chose.
La narration que tu fais de sa relation à Enzo donne l’impression qu’il ne se parle pas. Et cela n’a pas l’air de déranger Enzo ou de le questionner alors qu’ils vont tout les deux s’engager de façon plus sérieuses dans leur relation. Il y a beaucoup de bruit d’ailleurs dans leur relation : le passé de Nolan et le réseau d’Enzo. Je me demande s’il y a de la place pour leur amour à eux.

Reviewer: ninipraline Signé
Date: 10/03/2018 Title: Chapitre 6: Un goût de vanille

J’ai moins accroché à ce chapitre. Je l’ai trouvé trop rapide. Le personnage devient presque «déplaisant» à garder ses secrets envers les autres personnages et le lecteur.
Nolan et les essayages, pas vraiment à sa place dans les costumes, pas vraiment à sa place dans sa nouvelle famille.
Il se terre dans son silence et même pour moi cela devient très dérangeant et je suis quelqu’un de réservée. Je me demande s’il se rend compte qu’il est en train de risquer ce qu’il a par son silence. En tout cas, la personnalité fuyante à l’extrême est très bien dépeinte et dans la boutique et à la terrasse.
L’écriture reste fluide et la lecture agréable malgré ces quelques critiques sur la personnalité de Nolan.

Reviewer: ninipraline Signé
Date: 10/03/2018 Title: Chapitre 7: Ce que j’ai subi a fait de moi ce que je suis

Joli chapitre, plus vivant que les précédents avec un soulagement final partagé.
Il y a une belle évolution de Nolan dans ce chapitre. De son état de tension après la rencontre avec sa famille puis à la découverte des cicatrices par Thibault, de la lente décompression pendant la course, au soulagement de se retrouver dans le bruit de la fin, il y a toute une exploration de ses états d’âme. Peut-être un peu gâcher par le déséquilibre entre la longue attente de nouvelles informations et ce qu’on découvre finalement.
Des maladresses dans certaines phrases, sans doute des mots que tu as oublié d’effacer lorsque tu as repris la tournure de tes phrases. « son petit ami n’avait connaissance qu’uniquement du comment des blessures » « il avait décidé avoir assez évoqué son passé »

Coupés du monde par MelHp7 Déconseillé - 16 ans [Commentaire(s) - 6]


Photo de Amanda Froelich, sur deconsommateur.com | Montage de moi



Cinq personnes plus ou moins familières les unes avec les autres, se retrouvent coincés dans un chalet abandonné au milieu des bois. Le tout se complique quand les actes des uns mettent la vie des autres en danger...

Categories: Huis clos, Horreur, Société, Textes engagés | Series: Aucun
Complet : Non | 2 chapitre | 2712 mots | Lu 3074 fois
Avertissement: Violence physique
Langue: Français
Genre Narratif: Roman

Table des matières

Publié le : 11/03/2018 | Mis à jour le : 09/04/2019 [Signaler ceci]
Reviewer: ninipraline Signé
Date: 14/09/2021 Title: Chapitre 1: Prologue

Roooh, le scoubigang est de retour
Les personnages sont bien clichés comme il faut, la situation me fait vraiment penser au début des films vendredi 13. Le cliffhanger est aussi attendu que cliché, un régal

Réponse de l'auteur: Comme tu le dis bien, il s'agit d'un condenscé de clichés et de déjà vu, des choses qu'on aime voir et revoir dans les vieux films d'horreur. C'était vraiment amusant de construire ces personnages à personnalité assez tranchée.